Changer de page
  


22 octobre 2020 - Pont Salomon ET Rozier Côte d'Aurec

Ira, ira pas, pleuvra, pleuvra pas. Tant pis, nous voici partis sur la route du Paradis avec les Bondetti. Le début de notre randonnée a été arrosé par quelques gouttes de pluie mais les 14 PR ont pris grand plaisir à parcourir les 9 km prévus sur un sentier mi découvert mi arboré tapissé de belles feuilles d'automne. La Semène, le musée de la Faux, l'église néo romane, l'ébauche d'un silo à grains ont attisé notre curiosité et c'est plan plan que nous avons goûté avant l'arrivée aux voitures. Plus d'amicale, plus de chocolat, plus de communard. Bien dommage, ce sera pour plus tard. En attendant portez-vous bien, prenez vos masques, lavez-vous les mains, respectez les distances, on connaît la chanson... A jeudi les amis pour le Lizeron et maintenant c'est Luc qui vous commente la randonnée du GR « Ce jeudi 22 octobre sous un ciel menaçant nous avons à 12 rejoint la commune de Rozier côte d’Aurec, site Clunisien, En respectant les règles sanitaire, sous la conduite de Danièle B.nous sommes partis pour un circuit d'environ 13km dénivelé 260 m. Dès le départ attaque des choses sérieuses car après une longue descente dans un chemin empierré la remontée fut rude pour les diesels comme moi, avant d'atteindre le hameau de Martinange.Puis sur le plateau nous avons pu admirer le paysage avec une vue magnifique de St Bonnet le Château. Ensuite nous avons rejoint Gabelon avec « sa chapelle des anges » soi-disant « certains d'entre nous n'auraient pas pu rentrer » !! mais elle était fermée. Après Montfranchal retour sur une zone boisée ou le stationnement de plusieurs voitures laisse augurer de la présence de chercheurs de champignons. Par la route peu fréquentée nous avons atteint la font des dames repère important sur le circuit et après une ultime difficulté -côte de Martinange.Retour à Rosier vers 17 h 20 contents d'avoir terminé ce périple » Script Luc Laforge Photographe Daniel CARTIER Un grand merci à tous

Voir la galerie


15 octobre 2020 – Saint-Genest-Malifaux et Malmont

Le climat a douché nos ambitions ce jeudi. Adieu la grande sortie à la journée et le pique-nique promis au cimetière de Rosières (quand bien même il ait fait un temps de Toussaint). Nous nous sommes retranchés sagement sur notre pré-carré : le Pilat. Sur ses premiers degrés, à Malmont, pour les déboutés de la Grande Randonnée vellave ; sur le plateau de Saint-Genest-Malifaux pour les plus téméraires, gardant le cap donné de la Petite Randonnée. 3° C au compteur en arrivant au départ, sans la pluie qui nous a rattrapés plus loin. Où ? On ne le saura jamais. Dans le brouillard, on n’a rien vu que les cailloux du chemin, sauf André qui avait des paysages cachés dans sa mémoire, et surtout la boussole. Un mur opaque de brume de chaque côté, nous avons forcé le pas pour se donner du cœur. Il est venu. Surtout dans la forêt, encore belle dans le brouillard. On la devine ouatée d’une écharpe évanescente qui s’estompe par touches successives comme dans un tableau de Degas (sauf les couleurs et les danseuses, désolé). On est sorti du bois pour couper court au charme, mais surtout, soyons sincères, à l’itinéraire initial. Avant que la bruine persistante nous atteigne les os, André a généreusement suggéré de raccourcir le parcours, ramené à 7,5 km. Toute honte bue, en toute humilité et en toute humidité nous avons acquiescé. Et apprécié le geste. Quelle lyrisme (habituel chez notre ami Daniel le journaliste qui a oublié de dire que nous étions 17...sur le petit PR et 12 je crois pour le petit GR). La plus courageuse?? voir une photo... Et bien non, nous étions même 16 pour cette randonnée organisée à pied levé par Monique « Firminy par Malmont , 10,5 km parcouru à grande vitesse malgré les 380 m de dénivelé » quel plaisir de pouvoir respirer librement durant cette période malgré la pluie et la fraicheur. Isabelle l’illustre bien, on peut hésiter entre la tenue de ski où de plage mais bien masqué on peut tout oser, alors à jeudi !!

Voir la galerie


8 octobre 2020 – Monistrol/Loire et Crêt de Chaussitre (Saint-Genest-Malifaux)

Par une belle journée automnale nous étions 20 marcheurs PR pour faire cette randonnée de 10 km intitulée du château des évêques au bord de Loire à Monistrol. Après un bref rappel de l'histoire du Château nous avons bordé le parc et le cimetière pour atteindre le hameau du Pinet. Puis, sur la gauche, nous avons plongé dans les gorges du Bilhard ou, de par la légende, le diable et les diablotins ont été transformés en blocs de rocher. A la confluence des ruisseaux de Piat et du Marcellin se trouvent des vestiges d'anciens moulins qui bordaient la rivière. Après un raidillon, nous avons atteint Chaponnât ou Christine nous a expliqué, devant la maison avec un clocheton, le rôle des 'béates' dans l'instruction et l'éducation religieuse des jeunes dans les hameaux dispersés de la Haute Loire au 19ème siècle et au début du 20ème . Un joli chemin nous a conduit à Cheucle ou nous avons respecté la tradition du goûter de quatre heures. Puis nous avons entrepris la progressive remontée vers Monistrol avec un magnifique point de vue sur les hauteurs des bords de Loire. Croisant la sortie des écoles, nous avons rejoint notre point de départ, contents d'avoir terminé une jolie ballade pas trop difficile. Pilotage et texte de Luc. Au tour de Daniel de nous conter la balade des GR : "Chaussitre, un site emblématique du plateau pilatois. Disputé entre Saint-Genest-Malifaux et Saint-Régis-du-Coin, il parle de traditions, de légendes, comme celle que l’on raconte sur la pierre Saint-Martin. Le saint aurait laissé l’empreinte de son pied, hors pointure, sur le granit. Sur ce lieu de convergences, semé de croix, nous avons justement croisé des groupes de marcheurs, l’un d’eux aussi nombreux que nous (nous étions 31). On entre sur le site par la forêt, on en ressort par la forêt. Entre les deux, des oasis de pâturages, et puis sur le crêt, une lande de genêts, callunes (bruyère commune) et myrtilles, voire genévriers. Ici, des moutons veillent à la prolifération des feuillus pour laisser ouvert le paysage. André nous a guidés au milieu, à nos pieds, d’une mosaïque de couleurs automnales pour rejoindre un point de vue assez stupéfiant. On y lit la géographie comme sur une carte. Au loin, fermant l’horizon, un enchaînement de monts : Mézenc, Gerbier de Joncs… On voyait loin en cette journée si joliment ensoleillée. La Grande Randonnée était grande par le pas et sa fréquence assez vive, jusqu’à satiété". Photos de Chantal. Et maintenant la parole est à Luc pour la petite marche "Par une belle journée automnale nous étions 20 marcheurs pour faire cette randonnée de 10 km intitulée du chateau des évêques au bord de Loire à Monistrol. Aprés un bref rappel de l'histoire du Chateau nous avons bordé le parc et le cimetière pour atteindre le hameau du Pinet.Puis sur la gauche nous avons plongé dans les gorges du Bilhard ou de par la légende le diable et les diablotins ont été transformés en blocs de rocher.A la confluence dès ruisseaux de Piat et du Marcellin se trouvent des vestiges d'anciens moulins qui bordaient la rivière. Aprés un raidillon nous avons atteint Chaponnât ou Christine nous a expliqué devant la maison avec un clocheton le rôle des 'beates' dans l'instruction et l'éducation religieuse des jeunes dans les hameaux dispersés de la Haute Loire au 19 éme siècle et au début du 20 éme . Un joli chemin nous a conduit à Cheucle ou nous avons respecté la tradition du goûter de quatre heures. Puis nous avons entrepris la progressive remontée vers Monistrol avec un magnifique point de vue sur les hauteurs des bords de Loire. Croisant la sortie des écoles nous avons rejoint notre point de départ contents d'avoir terminé une jolie ballade pas trop difficile"

Voir la galerie


1er Octobre 2020 - JONZIEUX et Saint-Maurice-de-Lignon

Malgré la météo alarmiste de la veille et les menaces de pluie, c'est donc 19 ( dont quelques nouvelles têtes et quelques "revenants") pour le PR qui sont partis sous un ciel couvert sur des chemins herbeux- pierreux ….Après un petit détour par ''La pierre St-Martin'' dont on ne sait si les effets se feront sentir , nous arrivâmes sans renfort sous un ciel presque bleu à Jonzieux . Merci à la famille NEZONDET les pilotes et à Maryse et Chantal pour les photos. Sur la Grande randonnée, à Saint-Maurice-de-Lignon, sans arrière-pensée, la forêt nous a laissé passer gentiment bien que nous fussions deux fois plus de dix sur l’espace public (23). Plus loin, sur les pâturages gras, au-dessus de la vallée du Lignon, de paisibles génisses nous ont regardé passer sans davantage sourcilier. En remontant un chemin caillouteux, notre groupe a marqué l’arrêt sous un noyer. En garnements attardés, certains se sont empli les poches de noix fraîches (tombées sur le chemin, précisons-le). Cela n’a pas ralenti notre allure, vive, non pas que Luc, notre mentor, ait imprimé une quelconque cadence. C’était dans un élan commun que nous avons pressé l’allure, espérant qu’il ne reste pas sur notre trace de miasmes délétères. Pas une goutte de pluie de toute la journée. Le ciel dans sa clémence a attendu le lendemain pour lâcher son trop-plein.

Voir la galerie


Dimanche 27 septembre – marche au profit de la lutte contre le cancer

Ce devait être la vingtième, mais, ajournée pour cause de Covid. Pour autant, elle nous aurait manqué si nous n’avions pas fait semblant de baliser ou de tenir boutique comme naguère. Plus simplement, nous avons sacrifié à la tradition en marchant tout simplement sur un des plus petits circuits proposés : le 9 km. Nous ? Je dénonce : Isabelle, leader incontestée du nombre de départs depuis notre rentrée en juillet ! Michèle et Gérard, toujours enthousiastes, Jean-Pierre qui ne voulait pas manquer l’occasion, Dominique : comment n’aurait-elle pas été là ? Puis Yvette, Danielle, Daniel. Gérard, concédant des heures supplémentaires improvisées comme guide, battait la mesure de cette Symphonie Pastorale jusqu’à la Croix de Bob Marlet et retour. La pluie faisait des claquettes ! Brigitte et Jacky ont rejoint la formation au deuxième mouvement et au cinquième (posthume), nous avons pu prendre l’apéritif, ma non troppo, à l’Amicale. Et plus…

Voir la galerie


Changer de page